Visites

Pluwiger Hammer

Ancienne fonderie, y compris le moulins de laminage et de sciage. Il s'agit probablement de l'ancien moulin situé sur la Ruwer, qui appartenait au Chapitre de la cathédrale de Trèves et qui fut acheté aux enchères en 1806, par un certain Peter Jost, aussi appelé
« Fabricant de fer ». Selon la chronique locale, le minerai de fer était extrait des montagnes avoisinantes, et l'usine de forgeage était exploitée jusqu'au dernier tiers du XIXe siècle. Par la suite, il ne subsista qu'un moulin de coupe et de laminage.

La fabrique est entourée de bâtiments baroques, et déjà vers 1810, elle représentait un vaste complexe industriel de sept bâtiments. Avec la construction d'une fabrique de coupe et de laminage en 1829, la fabrique connut une grande expansion. Après la fermeture de l'usine d'affinage de la fonte, les deux usines de forgeage fabriques, celles de coupe et de laminage, ainsi que la halle aux magasins de charbon tombèrent en désuétude.

Des fossés de déversement (le ruisseau Hammerbach) dérivés de la Ruwer, et des niveaux en terrasse, en partie artificiellement maçonnés, permettaient d'obtenir un fort gradient de la Ruwer. Deux tranchées avaient été dérivées du Hammerbach, sur les deux côtés desquelles, des bâtiments industriels qui exploitaient un total de dix roues à eau avaient été alignés. La plus grande des tranchées, celle relative aux anciennes usines de forgeage, a été entièrement conservée. Celle-ci se déverse en cascade à travers un tunnel.

L'ensemble des bâtiments est dominé par la maison d'habitation, au niveau de la terrasse supérieure. Cette maison a été construite parallèlement à la pente, et ne présente, de ce fait, des étages que du côté rue, les murs sont en pierre d'ardoise et enduits, les façades comportent un axe de 15 fenêtres. Construit en quatre phases depuis le XVIIe siècle, l'édifice d'une pièce par étage, présente des proportions uniformes et nobles grâce à ses fenêtres en enfilade et son toit mansardé.

Des détails architectoniques, comme par exemple les fenêtres au cadre en bois datant de la fin du XIXe siècle, les portes, et les fenêtres baroques à meneaux ont été conservés. 

Sur un côté de la maison, se trouve l'ancien fournil. En-dessous de la maison sur le côté nord, se trouve l'ancien moulin de laminage, en état de ruine. Appartenant à l'une des l'usine de forgeage, la bâtisse des magasins à fer d'un étage et au toit en croupe, a survécu aux temps. En tant que bâtiment industriel, le moulin de sciage déjà existant en 1812, a été entièrement conservé, y compris les écuries y attenant , dont la fonction avait été modifiée pour les besoins. Bâtisse allongée, murs en partie à colombage et en partie en pierre d'ardoise, toit en croupe. Les équipements techniques (roue à eau, châssis de scies) ont été conservés. Le pont suspendu en chaînes au-dessus de la Ruwer, date du XIXe siècle et appartient également au complexe industriel.

Les édifices conservés et leur disposition sur le judicieux système de tranchées de déversement, donnent une idée des modes de production et de la structure des constructions baroques. La structure actuelle reflète aussi l'évolution technique de l'époque, tout en ayant conservée sa conception initiale.

Appartenant à l'usine de forgeage, on compte le jardin attenant situé au sud, ainsi que les anciennes terres agricoles, situées au-dessus de la tranchée de déversement. Le périmètre du site s'étend jusqu'au barrage sur la Ruwer, encore préservé. L'ensemble du complexe historique de l'usine de forgeage de Pluwig es délimité par la Ruwer, - qui constitue en même temps la limite du territoire municipal -, et par la route vers Ollmuth. Cette zone de conservation avec ses bâtiments, y compris le lit de la rivière naturel de la Ruwer, est considérée comme étant une entité architectonique.

Öffnungszeiten: entrée libre

Karte des Ruwertals

Cliquez s.v.p. pour agrandir la carte.

Retour au sommaire