Visites

Ruines du Château fommerau du XIIIe siècleort de Sommerau

Dans un environnement très pittoresque de la vallée de la Ruwer et à l'écart de toute circulation, se trouvent les ruines du Château fort de Sommerau. On peut y accéder soit en passant par Gutweiler, soit par la vallée de Gusterath.

Le Château fort de Sommerau fut construit sur un éperon rocheux, entouré sur trois côtés par la rivière de la Ruwer. Ce promontoire rocheux de 45 mètres de long fut rompu à son point le plus étroit afin de mettre à profit le gradient de flux de la Ruwer pour l'exploitation d'un moulin à eau. Ces processus d'aménagement eurent pour conséquences l'assèchement des méandres de vallée naturels.

C'est au XIIIe siècle que le château fort fut construit par la dynastie de chevaliers
« von der Brücke » de Trèves, qui avait son siège dans les Thermes Barbara. Descendant de la dynastie « von der Brücke », l'échevin Walram de Trèves céda le Château fort de Sommerau en fief à l'archevêque de Trèves en 1303. C'est en tant que fief appartenant à l'Electorat de Trèves, que le château féodal fut transféré plus tard à la dynastie des chevaliers « von der Fels » de Luxembourg.

C'est au début du XIXe siècle, au plus tard, que le château féodal tomba en ruines. En 1853, l'État racheta les ruines de la main de quatre citoyens de Trèves, afin d'empêcher que celles-ci ne servent plus longtemps de carrière. En 1902, elles furent à nouveau vendues à une personne privée, en vertu de l'obligation cadastrale et foncière de maintenance et d'indivisibilité des terres y appartenant.

L'édifice mesure 40 m x 10 m. A l'Ouest, les vestiges de l'ancien palais ou maison d'habitation, s'élèvent jusqu'à 10 mètres de hauteur, et à l'est, les vestiges du donjon rectangulaire, - qui fut, avec ses quatre étages, utilisé en même temps comme tour d'habitation -, jusqu'à environ 16 mètres de hauteur. Un chemin de ronde en bois montait apparemment jusqu'à une porte située à environ 3 mètres de hauteur. Au sud, au quatrième étage, se trouve une grande porte rectangulaire dissimulant une latrine dont les murs reposent sur un encorbellement en grès rouge. L'habitation dévoile trois étages pleins qui sont visibles de l'intérieur, ainsi qu'un quatrième demi-étage comportant les vestiges d'une imposante cheminée, dont la construction débute au deuxième étage. 

À partir de la saillie de la muraille qui supportait le chemin de ronde derrière les créneaux, les murs montants ne sont plus que partiellement conservés. Les autres parois transversales reposent à même le sol; les plans de sol ne peuvent être déterminés que par des fouilles.

Öffnungszeiten: entrée libre

Karte des Ruwertals

Cliquez s.v.p. pour agrandir la carte.

Retour au sommaire