Visites

Aqueduc romain près de Waldrach

Au-dessus de Waldrach, sur un parc de stationnement situé dans la Ruwertalstrasse, on peut voir une réplique de l'aqueduc romain. Une petite section de cet aqueduc a été placée sur un socle en béton, afin d'en montrer sa construction et une coupe transversale. Le matériau de construction provient de l'aqueduc romaine d'origine, lequel a subi des travaux de terrassement en 1974, à la suite du transfert nécessaire de la Ruwertalstrasse, qui se situait à proximité. Toutefois, aujourd'hui encore, la plus grande partie de cette structure importante qui remonte à l'époque romaine, reste cachée dans les profondeurs du sol, à l'ouest de la vallée de la Ruwer.

En vue d'assurer le besoin accru en eau potable de la Trèves romaine, cet aqueduc fut probablement construit au cours du IIe apr. J.-C. C'est au-dessus de Waldrach et à environ 200 mètres après l'embouchure de la Riveris, qu'un canal fut alors construit pour collecter les eaux de la Ruwer. Ce canal était en grande partie souterrain et suivait, en pente faible mais constante, les périmètres de contour de la vallée de la Ruwer à l'ouest. Aux endroits présentant des dénivellations de vallée plus profondes, le canal poursuivait alors sa route sur des structures de ponts. Les derniers vestiges de ces aqueducs ont été détruits à Kasel au milieu du siècle dernier. Au cours de travaux de terrassement, le canal à été mis à jour et exposé dans de nombreux endroits. Ce canal coulait à partir de la vallée de la Ruwer, le long du Grünesberg jusqu'à Trèves, pour arriver à proximité de l'actuelle brasserie Löwenbrauerei, d'où l'eau était alors reconduite vers les puits et réservoirs d'eau potable.

L'aqueduc fut construit à partir de blocs de grès, de pierre calcaire de carrière et de mortier de chaux. Il possédait un diamètre de 0,72 m de largeur et de 0,90 m de hauteur. Des traces de frittage et de plâtrage sur les joues du canal indiquent un débit de flux moyen d'une hauteur de 0,60 m. C'est sur ce fondement que repose le calcul de performance, basé sur la vitesse moyenne d'écoulement de la Ruwer, à 0,29 m2 / s = 25 400 m2 par jour. Ce qui représenterait environ 9 millions de m2 par an. Ce montant équivaut approximativement aux besoins en eau potable de la ville de Trèves contemporaine.

Autrefois, l'eau excédentaire était alors déversée en perte dans la canalisation municipale. Aujourd'hui, la ville de Trèves reçoit son eau potable en partie à nouveau du même bassin d'alimentation en eau potable du Hochwald, - le lac de barrage de Riveris (Riveristalsperre).

Öffnungszeiten: entrée libre

Karte des Ruwertals

Cliquez s.v.p. pour agrandir la carte.

Retour au sommaire